Comprendre le fonctionnement d’un réseau de froid urbain (RFU)

Wysocka Ellen | Jul 13, 2019 | Climatisation

frois.jpg
  
  

Un réseau de chaleur distribue la chaleur puisée dans le sol, ou produite via d’autres sources d’énergie, à travers un réseau de tuyaux raccordés à plusieurs logements d’une ville.

Un RFU fonctionne de la même manière, mais au lieu de transporter des calories, il distribue des « frigories ».

Principe de fonctionnement

Le fonctionnement d’un RFU est équivalent à celui d’un réseau de chaleur urbain. En général, une centrale qui est souvent la même qu’on utilise pour générer de la chaleur permet de produire de l’eau froide. Pour ce faire, l’installation peut directement puiser l’eau froide (environ 6 °C) dans un lac grâce à une pompe à chaleur.

De nos jours, il est possible de récupérer la chaleur résiduelle d’un Datacenter pour pouvoir la redistribuer afin de réchauffer les bâtiments. De la même manière, il est aussi envisageable de récupérer la perte fatale de froid lorsque les terminaux méthaniers doivent réchauffer le gaz liquéfié afin de le gazéifier. Ceci permettra de refroidir l’eau dans les canaux de distribution.

L’eau froide sera acheminée vers les bâtiments raccordés à la centrale et, une fois arrivée chez le client, elle permet d’alimenter en froid les systèmes de climatisation. À noter que le réseau de froid urbain peut être appliqué à l’échelle d’une petite localité et d’une grande ville.

Un système économique et écologique

Dans une ville dense, le RFU présente de nombreux avantages, non seulement en termes de coûts, mais aussi sur le plan de l’efficacité énergétique. Sans oublier que ce système est désormais considéré comme écologique, comparé aux autres systèmes de production de froid individuels. Selon des chiffres récents, l’adoption d’une telle installation permet de réduire jusqu’à 90 % la consommation électrique nécessaire pour assurer le refroidissement des bâtiments.

D’autre part, il faut savoir que le réseau achemine de l’eau fraiche, en desservant les habitations, les écoles, les supermarchés, les entreprises ou en refroidissant les datacenters. Si le réseau hydrothermique est ouvert, l’eau finale peut donc servir dans d’autres applications comme l’irrigation des végétaux, le remplissage de plans d’eau, etc.

Enfin, sachez que dans certaines régions situées à proximité d’une mer fermée et profonde, d’un océan froid et profond, d’un pergélisol ou d’un lac froid, les frigories naturelles sont disponibles et accessibles à de faibles coûts. Plus faciles à transporter et à exploiter, les eaux froides permettent donc de réduire davantage le coût du refroidissement urbain.


mot clés :