Le Guide de la Rénovation Energétique en 2016

Wysocka Ellen | Aug 29, 2017 | Energie

  
  

La rénovation énergétique représente des travaux d’amélioration des performances d’un bâtiment en général. Ces derniers se rapportent à la mise en œuvre d’un plan visant à la réduction de la consommation énergétique du bâtiment. C’est un objectif pour la

Support de rénovation énergétique 2016

La rénovation énergétique représente des travaux d’amélioration des performances d’un bâtiment en général. Ces derniers se rapportent à la mise en œuvre d’un plan visant à la réduction de la consommation énergétique du bâtiment. C’est un objectif pour la sauvegarde et la réhabilitation en maison écologique. Récemment, de nombreuses démarches pour faciliter la rénovation ont été réalisées dans divers pays, dont en France, pour aider les propriétaires à réaliser leurs projets de rénovation ou d’amélioration des performances énergétiques de leurs biens. Les nombreuses étapes de rénovation intègrent, entre autres le renfort des isolations, l’installation d’équipements de chauffage et d’éclairage moins énergivores, d’économiseurs d’eau, ainsi que la réhabilitation des systèmes de ventilation, afin de rendre l’évacuation de l’air vicié plus facile dans une maison rendue plus étanche. La rénovation énergétique peut s'entreprendre pour différentes catégories de bâtiment : maison individuelle et logements collectifs.

Les objectifs d’une rénovation énergétique

Il est important de savoir qu’entreprendre une rénovation énergétique demande beaucoup d’efforts de la part du propriétaire, un budget qui peut être lourd et un plan bien réfléchi pour garantir la réussite du projet. Proprement parlant, la rénovation énergétique présente trois ambitions bien distinctes que nous allons voir ci-après.

La France vers le développement durable

La rénovation énergétique : un objectif écologique ?

La rénovation énergétique a pour principal but de lutter contre la dégradation de l’environnement. Afin de promouvoir les initiatives d’aménagement propre et écologique, les acteurs se doivent de procéder au projet afin d’abaisser les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Chaque année, près de 25 000 habitations sociales et logements privés sont réaménagés pour être plus respectueux de l’environnement. En effet, il est crucial de procéder à une rénovation énergétique pour limiter les dégâts environnementaux et lutter contre le dérèglement climatique

La rénovation énergétique : un objectif social ?

L'objectif social de la rénovation énergétique est de proposer des logements décents et confortables à tous les contribuables, avec un accès normal et régulier aux sources d’énergie nécessaires au quotidien. La rénovation énergétique a ainsi pour mission d’assurer la réduction des charges pesant sur les ménages et le renouvellement immobilier, dans un principe de confort et de salubrité.

La rénovation énergétique : un objectif économique ?

Ce 3ème point accorde une grande importance à la réduction générale des consommations énergétiques d’une ville, d’une région ou du pays. En multipliant et en relançant la construction de logements aménagés selon des normes d’éco-conception, il est ainsi possible de stimuler une meilleure remontée de l'échelle économique en réduisant les dépenses énergétiques du quartier, de la ville ou de la commune. En effet, ce sont les infrastructures immobilières qui génèrent le plus de dépenses énergétiques, que ce soit les habitations, les bâtiments d’activités ou les zones publiques. Actuellement, plus de 50000 logements en France sont construits chaque année suivant des normes écologiques et économiques. La distribution uniforme de l’énergie et de l’eau sur tout le territoire, tout en visant une baisse des besoins en ressources polluantes, au profit des énergies renouvelables est projetée à terme.

Objectifs de la rénovation énergétique pour le propriétaire

Nombreuses sont les dispositions qui sont suggérées afin d’accélérer la réduction des consommations énergétiques du secteur immobilier. Il est donc conseillé au propriétaire d’effectuer une amélioration significative de la performance énergétique de sa propriété durant la réalisation d’autres travaux de rénovation de la maison pour améliorer sa revente : ravalement de façade, réfection de la toiture, etc. Ceci a pour but de rectifier la performance thermique en répondant à certaines exigences dans le cadre de travaux d’isolation, de remplacement ou d’installation de meilleurs systèmes de chauffage. Réduire les dépenses en éclairage est également préconisé en optimisant l’éclairage naturel du logement, grâce à l’installation de meilleurs vitrages et l’aménagement d’ouvertures mieux exposées aux rayons du soleil. Le propriétaire a d’excellentes raisons de procéder à une rénovation énergétique : une amélioration énergétique est amortie sur le long terme et se manifeste par des factures énergétiques mensuelles moins lourdes. De plus, de bonnes performances énergétiques permettent de bénéficier d’une meilleure plus-value à la revente d’un bien immobilier et aussi de trouver plus rapidement un acheteur.

Objectifs de la rénovation énergétique pour l’occupant

L’occupant d’un logement énergétiquement performant bénéficie surtout de charges réduites, d’un meilleur confort en toutes saisons et d’un habitat propice à une bonne santé. Les principaux facteurs d’économies énergétiques concernent l’isolation des bâtiments contre le froid ou la chaleur et l’exposition des pièces pour minimiser l’utilisation de l’éclairage électrique. Il s’agit aussi de diminuer le gaspillage de l’eau et d’avoir recours à des ressources énergétiques propres sans diminuer le confort de vie.

Les habitations concernées

Les immeubles du parc ancien sont ceux qui nécessitent le plus souvent une rénovation énergétique. Ceux qui sont récents ou en cours de construction suivent les nouvelles normes établies pour une meilleure maitrise des ressources énergétiques. En 2014, des lois ont été appliquées, afin de réduire la TVA à 5% quant aux opérations de construction de nouveaux immeubles performants ou de travaux de rénovation énergétique.

Les procédés et étapes d’une rénovation énergétique

Afin de mettre en œuvre des stratégies efficaces pour la réalisation d’un projet de rénovation énergétique, il est essentiel de suivre étape par étape diverses recommandations et de s'informer sur tout ce qu'il faut savoir sur la rénovation de maison.

Faire une évaluation des besoins et des motivations

Cette toute première étape consiste à sensibiliser le propriétaire pour réaliser une rénovation thermique de son logement ou immeuble. Il est primordial de déterminer les besoins en travaux de ce dernier et de faire réaliser les interventions par des professionnels. Il faut également réaliser un « éco-bilan » ou « bilan initial du propriétaire » dans le but d’obtenir des connaissances qui activeront la prise de conscience collective et le partage avec des spécialistes.

Réaliser un diagnostic global de son immeuble

Cette étape doit aboutir à la connaissance du fonctionnement du bâtiment : besoins d’entretiens, problèmes techniques, performances énergétiques selon les saisons, capacité du bâtiment à favoriser les échanges d’humidité et d’air. Le diagnostic démontre également les besoins en travaux ainsi que les éléments à améliorer pour une meilleure qualité environnementale. Des scénarios d’intervention et des programmes de travaux hiérarchisés seront de ce fait proposés afin d’évaluer les coûts des travaux et les économies énergétiques escomptées.

Les diagnostics à réaliser

Pour vous garantir un bâtiment basse consommation d’énergie, il est essentiel d’établir une bonne organisation, afin d’éviter les complications durant la réalisation du projet. Le premier bon geste à entreprendre est de faire un diagnostic de la structure et des ouvertures de votre logement. Avec le soutien d’un professionnel, vous aurez une vision plus détaillée du renfort d’isolation nécessaires et des résultats à la hauteur de vos attentes : bien posée, étanche d’une manière optimale et durable. Une fois les travaux terminés, profitez d’un logement qui ne demande pas l’usage régulier du chauffage durant l’hiver et qui demeure, toutefois, frais durant les saisons chaudes. En optimisant l’étanchéité d’un logement, n’oubliez pas de penser à améliorer la ventilation pour une meilleure évacuation de l’air, de l’humidité et des polluants intérieurs. Pareillement, vous devez améliorer le système de chauffage, qu’il soit individuel ou collectif. Les dispositifs devront présenter des critères performants et privilégier les énergies renouvelables. Les chaudières à gaz à condensation et les planchers chauffants peuvent entre autres être complétées par des appoints de panneaux solaires, pour être encore plus économes. Un thermostat d’ambiance est conseillé pour mieux stabiliser la température dans chaque pièce du logement.

Les éléments à rénover

Les ouvertures, le plancher, les murs et les menuiseries nécessitent souvent les principaux travaux d’isolation et d’étanchéité.

Les menuiseries et ouvertures

Pour optimiser les apports solaires, anticipez des ouvertures plus larges au sud, tandis qu’au nord, réduisez-les au maximum. Privilégiez des modèles de double vitrage à isolation renforcée ou VIR efficaces pour réduire les déperditions de chaleur. En hiver, jouissez d’une ambiance qui vous réchauffera convenablement en optant pour de grandes ouvertures bien orientées et bien isolées. Tandis que pour l’été, empêchez et réduisez tout risque de surchauffe en limitant le nombre et la taille des ouvertures. S’il vous est nécessaire de doser les apports solaires, privilégiez les volets, les persiennes et les stores extérieurs, en PVC ou en aluminium. Pour les logements bioclimatiques, la surface générale conseillée pour les ouvertures est de l’ordre du 1/6 de la surface habitable. Cela permet d’optimiser l’isolation thermique tout en profitant d’un logement naturellement ensoleillé.

Les murs, cloisons, plancher et façades

Pour l’isolation intérieure des murs et des cloisons, diverses matières sont préconisées. Entre autres, le liège est facile à poser et sert à la fois d’isolant thermique et acoustique. Les produits PMR ou isolants minces sont également conseillés. Pour le plancher, privilégiez l’installation des isolants sous dalle flottante. Et pour les façades ainsi que les toitures, l’isolation sous bardage offre les meilleures performances thermo-acoustiques.

Choix des équipements et matériaux à utiliser pour la rénovation

Désirez-vous un logement confortable qui supporte mieux les décalages de température saisonniers. Le plus conseillé est de renforcer votre isolation thermique pour que la température ambiante de votre logement soit le moins possible influencées par les conditions hivernales ou estivales.

Comment isoler un bâtiment ou une maison ?

Procéder à une isolation thermique performante permet de diminuer votre consommation d’énergie de 60%, voire plus. Pour plus d’efficacité, il est suggéré d’aller à la rencontre des professionnels qualifiés dans ce domaine : les bureaux d’études thermiques. Vous profiterez ainsi de conseils sur mesure pour améliorer les points faibles de votre logement, tout en bénéficiant de conseils avisés quant à la décoration : une affaire de culture.

L’importance du choix de l’isolant

Un isolant de qualité se démarque par sa rigidité et sa densité. Il doit avoir entre les 30 et 40 kg/m³ pour ne pas encombrer le logement. Prendre ces mesures garantit également une isolation de longue tenue et fiable. Aujourd’hui, un large choix d’isolants se présente sur le marché, mais il est prudent de choisir ceux qui sont de bonne qualité :

  • Les isolants traditionnels conçus essentiellement à base de laines minérales (laines de verre et de roche) et de plastiques alvéolaires (polystyrène et polyuréthane). Ces dispositifs sont fabriqués avec des matières non renouvelables, ils bénéficient également d’une certification ACERMI. Sur l’étiquette des emballages sont marquées les caractéristiques suivantes : résistance, conductivité thermique, comportement mécanique et réaction au feu.
  • Les isolants dits « nouveaux » sont élaborés à partir de matières renouvelables d’origine animale ou végétale. Cela concerne spécialement les produits conçus avec de la ouate de cellulose, du bois, du chanvre ou de la plume de canard. Bon nombre de ces articles disposent d’un avis technique (AT) et d’un agrément technique européen (ATE).

En ce qui concerne la pose des isolants, il vaut mieux laisser les professionnels s’en charger, afin d’obtenir une isolation performante et durable.

Comment combiner économie énergétique et décoration ?

L’isolation thermique de votre logement mérite toute votre attention. Vous pouvez apporter une petite touche de décoration sur les isolants d’intérieur et cela, sans vous ruiner. Concernant justement de décoration, vous pouvez y ajouter des revêtements muraux tels que des peintures, des papiers peints, des plaques de liège à mosaïques ou des lambris…Nombreux sont vos choix de couleurs tendances 2016. A vous de sélectionner celui qui vous convient pour mieux harmoniser votre intérieur !

Le financement de la rénovation énergétique de votre maison ou appartement

Pour un projet de rénovation énergétique, il est de rigueur de prévoir des fonds suffisants, incluant les devis et les imprévus. Pour éviter les éventuels arrêts des travaux en cas d’apport personnel insuffisant, il existe des solutions de financement dédiées à la rénovation énergétique. N'oubliez pas de prévoir un budget pour mettre en œuvre les conseils et idées de décoration maison.

L’estimation des projets de rénovation

Avant de débuter les travaux, consolidez votre budget, car il se pourrait que les coûts soient plus élevés que vous ne l’aviez imaginé. Cela dépendra aussi de la qualité initiale de votre propriété, si cette dernière est ancienne ou plus récente. Après ces observations, vous aurez un estimatif du budget qui garantira la performance énergétique demandée. Des devis réalisés par des professionnels vous donneront un besoin budgétaire plus précis.

  • Pour un chantier partant de l’étiquette G et visant l’étiquette énergétique D, autour de 160 kWh/m2.an : il faudra souvent investir de l’ordre de 12 000 à 30 000 €, soit 200 à 300 €/m2 de surface habitable. Les travaux permettant d’obtenir ce niveau de performance touchent le plus souvent à l’isolation des parois opaques (murs et plafonds) et des parois vitrées pour les appartements, des combles voire des murs pour les maisons, et à la chaudière.
  • Un chantier visant l’étiquette B (autour de 85 kWh/m2.an) nécessitera le plus souvent un investissement de 22 000 à 50 000 €, soit 400 €/m2 de surface habitable. Pour atteindre ce niveau, il faudra dans la plupart des cas prévoir l’isolation de toutes les parois (opaques, toitures, murs, planchers et parties vitrées), même pour les maisons, et l’installation de systèmes à énergies renouvelables. En effet, les derniers kWh à économiser sont les plus chers.

Les crédits bancaires

Vous pouvez faire appel aux banques pour vous fournir un soutien financier, en demandant un crédit bancaire que vous pouvez rembourser entre 10 à 15 ans. Le montant du prêt varie selon le devis du chantier de rénovation projeté. Vous avez ainsi le choix entre :

  • Les prêts bancaires classiques : ils sont destinés pour toutes les catégories de personnes et ne présentent aucune condition spécifique. Ces prêts vous permettront de réaliser des travaux immobiliers de tout genre.
  • Les prêts à taux fixe : durant la mise en place de votre prêt, vous obtiendrez une garantie du taux fixé pendant toute sa durée. Vous serez également informé de la mensualité et de la date d’échéance dès la souscription du crédit.
  • Les prêts à taux révisable : vous êtes à la recherche d’un financement pour faire évoluer votre taux de marché (recommandé aux propriétaires d’un bâtiment de location) ? Vous pouvez reconsidérer ce type de prêt.
  • Le crédit in fine : destiné à financer des projets locatifs.

Les aides gouvernementales

  • Les aides de l’Anah : cet établissement public a pour but d’opérer dans le développement et l’amélioration du parc de logements privés existants. Les aides de l’Anah avancent des subventions afin de faire évoluer la qualité des résidences principales des propriétaires occupants ou des logements locatifs de propriétaires bailleurs privés.
  • Le fond de travaux : cette formule est spécialement destinée à la copropriété. En effet, la loi ALUR du 24 mars 2014 restitue obligatoirement la création d’un fond de travaux à dater du 1er janvier 2017.
  • Le CITE ou Crédit d’impôt pour la transition énergétique permet de profiter d’une réduction d’impôt sur le revenu de l’ordre de 30% des dépenses des travaux de rénovation énergétique, limitées à 8 000 € pour une personne et 16 000 € pour un couple. Il est cumulable à d’autres aides aux travaux.
  • Cumulable également, l’éco-prêt à taux zéro est un crédit à taux nul remboursable sur 10 ans. Il est proposé pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique des résidences principales. Pouvant être attribué pour une copropriété, un prêt complémentaire peut être attribué à chaque propriétaire également, pour un total ne dépassant pas 30 000 €.
  • Pour vos idées déco de rénovation ou d’amélioration des performances énergétiques, découvrez aussi la TVA à taux réduit de 5,5 % pour l’achat de matériels et les frais de main d’œuvre concernant les logements achevés depuis au moins 2 ans. Découvrez aussi le dispositif d’exonération de la taxe foncière et les aides des collectivités locales, pour alléger ces dépenses.

Les labels énergétiques en vigueur

Le label BBC

Le label BBC vise à identifier les Bâtiments Basse Consommation qui contribuent à atteindre les objectifs de 2050 : diminuer les émissions de gaz à effet de serre par 4, réduire la pollution liée aux dépenses énergétiques de l’immobilier. Il est défini par l’arrêté ministériel du 3 mai 2007. Ce dernier reprend les valeurs définies par le référentiel de l'association à savoir un objectif de consommation maximale fixée à 50 kWhep/m²/an pour les constructions résidentielles neuves, et 72 kWhep/m²/an pour celles en rénovation.

La Règlementation Thermique RT 2005, RT 2012

Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/(m².an) en moyenne. Elle renforce donc les exigences du label BBC. Afin de concrétiser cet objectif d’efficacité, la RT 2012 soumet des normes élevées en matière d’isolation et de système énergétique. Elle exige, par contre, la réduction des besoins dès la conception du projet avec des objectifs à atteindre en matière de conception bioclimatique et de confort. Cette règlementation a été mise en place le 1er janvier 2013 et s’applique à tous les bâtiments neufs, pour tout type d’usage.

Les autres labels et normes

Parmi les autres normes qui soulignent la performance énergétique d’un habitat, les professionnels peuvent vous conseiller également :

-Le label Bâtiment Biosourcé

-le label Effinergie+

-le label BEPOS - bâtiment à énergie positive

-les labels HPE/THPE ou Très Haute Performance Energétique

Donc, acheter dans le neuf ou dans le parc ancien pour économiser ?

Afin d’économiser, les deux options peuvent toutes les deux être avantageuses. Pour vous en assurer, prenez en compte les diagnostics de travaux de rénovation/remise en état nécessaires, les aides possibles, le marché de l’immobilier de la localité, les caractéristiques du bien que vous convoitez et le coût général de l’acquisition.


mot clés :